Schwuppdiwupp (2016)

Rêve ta vie

Un voyage magique au gré des quatre saisons, avec couleurs typiques, traditions, bruits et chansons luxembourgeoises.

Une trentaine de personnes en situation de handicap mental et résidantes de diverses institutions attendent dans le Foyer de la Philharmonie. Voilà que la porte s’ouvre, laissant les sons doux et mélodieux d’un violon emplir la pièce. Un violoncelle et un xylophone reprennent la mélodie tandis que le public s’installe. Sur un grand écran, des fleurs d’été illuminent la pièce. La magie opère déjà...

Une drôle de créature, rappelant Fifi Brindacier, est assise sur un parterre de fleurs multicolores au centre de la pièce et parle d’une belle et chaude journée d’été. Elle est accompagnée d’une chanteuse qui accueille les spectateurs en musique d’une voix merveilleusement chaleureuse. Conteuse et chanteuse s’éventent – il fait vraiment chaud. Le violon chante avec la légèreté d’une alouette, le tambour conte des histoires d’été et l’air est empli d’un parfum de rose. Le sentez-vous ? Cette fois, le public est bien réveillé. Un doux baiser est soufflé sur une rose... La chaleur de cette journée d’été est palpable.

Schwuppdiwupp ! Avec la Schueberfouer arrive l’automne. Tous les spectateurs frappent des mains et chantent Et ass Kiirmes am Duerf. Les feuilles tombent, il faut récolter les pommes de terre et cueillir les pommes. Le long de la Moselle, l’heure est aux vendanges – et à la dégustation, bien sûr. Le public reprend en chœur Kättche Kättche, au premier rang, on bat énergiquement la mesure. Les oiseaux migrent, sur le grand écran on voit s’éloigner une nuée de grues qui poussent leur cri si caractéristique.

Mais Schwuppdiwupp ! Les premières pluies arrivent, l’air devient humide et froid, la Toussaint frappe à nos portes. Le vent siffle, les premiers flocons tombent et recouvrent le paysage d’un magnifique tapis blanc, tandis qu’une douce couverture blanche s’étend au-dessus des spectateurs. L’hiver est là, avec sa magie et ses moments uniques. Les yeux des enfants brillent, les bougies brûlent, le temps semble s’arrêter. Saint-Nicolas arrive, accueilli au son de Léiwe Kleeschen, gudde Kleeschen. Léiwer Härgottsblieschen et la Klibberlidd font retomber le public en enfance.

Les jours s’allongent, la nature se réveille et les oiseaux viennent gazouiller dans nos oreilles. Grâce au pouvoir magique de la chanson Schwuppdiwupp, le printemps arrive encore plus vite. Le marché de l’Octave, la procession dansante et Pâques s’annoncent... jusqu’au retour de l’été. Tout reprend depuis le début. Les musiciens, chanteurs et conteurs prennent congé du public avec des bulles de savon magiques en leur rappelant, pour la route : « Fais du monde ce qu’il te plaît ! » … well an eise Gedanken, Erënnerungen a Wënsch ass ëmmer alles méiglech.

Le projet est réalisé en collaboration avec elisabeth asbl.

Le programme Schwuppiwupp a également été proposé à des personnes âgées résidant dans divers instituts de soins du 11 au 13 octobre 2016. Les représentations ont eu un grand succès.