Gospel and Friends

Le gospel du Rham : une déclaration d’amour

Le lundi soir, ça swingue et ça groove dans la maison de retraite du plateau du Rham. Des rires s’en échappent, sur fond d’accompagnement au piano et au rythme du djembé de Robert Bodja. Pour un temps, les résidentes oublient leur âge et laissent le déambulateur dans un coin pour chanter, danser et rire, grâce au pouvoir fédérateur du gospel, une musique d’inspiration chrétienne aux racines afro-américaines.

Après des débuts timides en 2014 avec cinq chanteuses, c’est aujourd’hui une véritable chorale gospel qui a investi le plateau du Rham. Le projet est dirigé depuis le départ par le charismatique Robert Bodja. Vingt chanteuses y participent, avec plaisir, mais aussi ambition et assiduité. Une histoire à succès ! Depuis 2015, la chorale participe au Blues & Jazz Rally annuel et donne aussi régulièrement des concerts en dehors de la maison de retraite. Avec son propre site web et sa page Facebook, elle a tout d’un chœur professionnel – il ne lui manque plus que le bus de la tournée et les séances de dédicaces… Et c’est assurément tout un spectacle que de voir ces chanteuses monter sur scène dans leurs toges mauves fabriquées sur mesure en Afrique.

Leur répertoire se compose de seize chansons gospel, plus ou moins connues, auxquelles viennent sans cesse s’ajouter de nouveaux morceaux. Les solistes chantent derrière le micro avec un naturel épatant, sans le moindre trac, comme si elles avaient fait cela toute leur vie. Elles chantent et enchantent le public avec sensibilité, douceur, dynamisme et caractère. L’anglais n’est pas non plus un problème: Robert Bodja offre des cours supplémentaires à celles qui en ont besoin. Certaines chansons sont aussi interprétées dans des langues africaines.

La chanson The victory is mine pourrait être le leitmotiv de la chorale. « Joy is mine and happiness is mine » : impossible de mieux décrire la philosophie du groupe. « Nos chanteuses s’investissent corps et âme dans ce projet », se réjouit Pia Hoffmann, responsable du programme événementiel du plateau du Rham. « Il n’y a pas que le travail cognitif qui leur fait du bien : elles nouent aussi des amitiés et développent une dynamique de groupe incroyable. Nos chanteuses sont très fières de leur chorale. »

Rien de tout cela ne serait possible sans Robert Bodja. Togolais d’origine, c’est lui qui tire le groupe vers le haut. Chœur, solistes et pianiste, tout doit s’accorder. Sous le charme et très concentrées, elles ont toutes les yeux rivés sur lui pour ne pas rater leur entrée. De sa voix chaude et puissante et aux rythmes de son djembé, il donne la mesure et fait renaître le gospel au cœur du Rham grâce à son sens unique de l’humain et de la musique.

Fort de son succès, l’atelier gospel se donne aujourd’hui aussi dans d’autres instituts du groupe Servior, avec pour point d’orgue un concert réunissant l’ensemble des chanteurs et chanteuses sur la scène de la Philharmonie en novembre 2017. Un projet exigeant, « mais il faut toujours avoir des objectifs », rétorque l’une des chanteuses en riant.

Maisons participantes : Servior “Beim Klouschter” à Howald, Servior “Belle-Vue” à Echternach, Servior “Bei der Sauer” à Diekirch, Servior “Geenzebléi” à Wiltz, Servior “Liewensbam” à Troisvierges.

En collaboration avec le groupe Servior.

Avec le généreux soutien financier de la fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse et d'ArcelorMittal.

Presse